Johanna Quillet
Née en 1979 à Paris. Après des études universitaires en arts plastiques, elle choisit d'utiliser le médium photographique comme mode d'expression. Dans son travail, le quotidien n'est jamais fatalement banal. Par une pratique très libre, dans la forme et les conditions de prise de vue, elle explore les tensions, révèle les dissonances et fabrique une topologie personnelle, dans le cadre restreint de sa propre vie. Ici, le processus de création ne se limite pas à l'œuvre, il est intimement lié à la prise en compte du temps et à l'ancrage de la pratique dans le quotidien. Ainsi la vie qui s'égrène devient l'enjeu de l'acte photographique. 

La photographie de Johanna Quillet est réalisé sans retouche numérique. Elle représente les paysages, les natures-mortes et les plus simples des quotidiens. Son travail s'apparente à la peinture dans cette sensibilité à la lumière, leurs phanies et les impressions d'atmosphères chères à Jean Siméon ou Pierre Bonnard.

Ses photographies sont le reflet personnel d'une émotivité fine et d'une acuité visuelle exceptionnelle. A l'instar des peintres de paysages du 19e siècle elle est le témoin des lieux, des territoires et des hommes qui l'occupent. Influencé par la photographie intimiste américaine du 20e siècle, sa photographie du quotidien perçoit l'intime de chacun d'entre nous.

La poésie de son œuvre permet de soulever un peu du voile de la réalité pour percevoir un monde sensible.


 


Top